LUNATIC FEST.

Date : Lundi 13 Juillet 2015 à 04h22
Auteur : shimobe

 




C’est le weekend des 27 et 28 juin dernier que se tenait au Makuhari Messe la première édition du 「Lunatic Fest.」, organisée par le groupe LUNA SEA.
Deux journées qui auront réuni pas moins de 30000 personnes chacune pour assister à la prestation de quelques 22 groupes différents.
Pour ce festival, LUNA SEA a choisi de réunir des groupes de toutes les générations, des prémices du visual kei dans les années 80, aux jeunes recrues du J-rock ayant héritées des influences de leurs aînés en passant par ceux de l’âge d’or du visual kei jusqu’au début des années 2000.
Un festival multi-générationnel mais aussi mélangeant différents styles musicaux tous réunis en ces deux jours sous la bannière du visual kei, quoi que… ?

Pour cette occasion, le Makuhari Messe avait été scindé en deux aires distinctes, une première nommée 「EDEN」 où l’on pouvait retrouver principalement les stands de goodies et de nourriture auxquels des milliers de personnes auront choisi d’y consacrer plus de temps à y faire la queue plutôt qu’à regarder les prestations des groupes, choix des plus discutable. Et enfin l’aire principale dans laquelle avaient été disposées trois scènes différentes. Deux de même taille respectivement nommées 「FATE」 et 「SHIN」, puis 「MOON」, la scène principale. Des noms en rapport direct avec l’univers de LUNA SEA. Entre ces différentes scènes culminait une lune géante, mise en scène grâce à une rétroprojection sur un ballon géant, du plus bel effet.

 

 

 

 



Chacune des journées du festival a commencé par un concert de LUNACY, qui n’est autre que LUNA SEA à leurs débuts avant leur changement de nom. Des prestations rares donc, faisant la part belle à leurs chansons les plus agressives.

Le premier jour était un gros clin d’œil aux légendaires évènements des années 90, les 「Extasy Summit」, organisés à l’époque par le label de Yoshiki (X JAPAN) 「Extasy」. C’est ainsi que l’on a pu voir se succéder les TOKYO YANKEES, LADIES ROOM, X JAPAN et bien entendu LUNA SEA tous issus d’「Extasy」 à l’époque. Nombre de ces musiciens n’hésitant pas à le rappeler à maintes reprises. Cette impression de revivre les Extasy Summit a été d’autant plus ravivée grâce à différentes sessions, chaque groupe invitant au moins un musicien d’un groupe différent à venir jouer avec eux sur scène pour une chanson. Ce qui a donné lieu à de grands moments tels que Pata (X JAPAN) invité par TOKYO YANKEES, créant l’effet de surprise, les fans se précipitant vers le devant de la scène, et Ryuichi (LUNA SEA) se joignant à LADIES ROOM. A cela s’ajoute bien entendu la présence de Sugizo, en tant que membre officiel certes, au sein de X JAPAN.
Cette première journée était aussi l’occasion de retrouver les groupes cultes que sont SIAM SHADE, qui aura accueilli un instant Shinya (LUNA SEA) pour quelque échanges comiques, DIR EN GREY, qui nous a gratifié d’un set et d’une mise en scène magistrales accueillant même Sugizo au violon sur la chanson 「空谷の跫音」(Kukoku no Kyouon), et DEAD END débutant leur performance sur la célèbre 「I WANT YOUR LOVE」 avant d’accueillir quelques instants plus tard Ryuichi et Sugizo sur 「Serafine」 pour une interprétation qui restera dans les mémoires.
Aux côtés de tous ces groupes se trouvaient des formations de prime abord bien éloignées du visual kei. 9mm Parabellum Bullet, the telephones, coldrain et Fear, and Loathing in Las Vegas.
Des groupes aussi divers que variés qui nous ont fait l’honneur de prestations puissantes et efficaces, 9mm Parabellum Bullet s’offrant même le luxe d’accueillir J (LUNA SEA) le temps d’une chanson.
Toutes ces formations ont été choisies pour participer au Lunatic Fest. de par leur 「Attitude」, des mots de Sugizo 「leur dévotion envers la musique」 (cf. magazine MASSIVE vol.19, interview de Sugizo), représentant leurs cadets, nombreux étant les musiciens de ces groupes ayant puisés une grande inspiration en LUNA SEA.
Pour en revenir aux Extasy Summit, les deux moments les plus forts de la journée auront été certainement la reprise de 「Pink Spider」 de hide par LUNA SEA, ainsi que la session sur la fin de leur prestation, qui a vu accueillir sur scène les membres de la plupart des groupes présents, Ryuichi faisant appeler les membres de X JAPAN un par un par le public, afin d’interpréter tous ensemble 「PRECIOUS…」 de LUNA SEA.

 

 

 

 



La seconde journée a commencé elle aussi donc par une prestation de LUNACY, mais à la différence de la première, elle n’était pas placée sous le signe des Extasy Summit mais sous celui des 「L.S.B」, nom que portait une série d’événements qui pris place dans plusieurs villes du Japon et qui réunissait différents groupes en qualité d’invités en plus des trois principaux qu’étaient LUNA SEA, Soft Ballet et BUCK-TICK, d’où le nom 「L.S.B」 tiré des initiales de ces trois groupes.
Au programme donc BUCK-TICK mais aussi les groupes moins connus que sont minus(-) et KA.F.KA qui réunissent certains membres de Soft Ballet, et il est important de le préciser, ISSAY chanteur de Der Zibet, groupe qui fait partie des ainés les plus respectés de LUNA SEA.
Ce second jour aussi a eu son lot de jeunes formations, ou plutôt de « plus jeunes » formations (certaines étant là depuis déjà de nombreuses années), que sont 凛として時雨 (Ling toshite sigure), ROTTENGRAFFTY, [Alexandros] et MUCC. MUCC aura finalement été le seul groupe à faire le lien entre la scène visual kei actuelle et les groupes présents lors du festival, nous offrant aussi un petit voyage dans le temps avec 「蘭鋳」 (ranchuu).
Cette journée était aussi l’occasion de voir un groupe que l’on ne présente plus, GLAY, qui entre plusieurs MC au sujet de leur reconnaissance envers LUNA SEA se fait le plaisir de reprendre 「SHADE」 de ces derniers.
Parmi les vétérans du genre, D’ERLANGER, débutant les hostilités directement par 「SADISTIC EMOTION」 avant d’être rejoints par Inoran sur 「LA VIE EN ROSE」, ont offert au public une prestation des plus puissante.
Avec eux un groupe malheureusement très peu connu par chez nous mais qui fut un groupe qui influença les plus grands du visual kei, AION, qui impressionna le public de par sa maîtrise et sa force, surtout celle du chanteur, avec une voix puissante et d’une maturité stupéfiante.
Ce dernier jour s’est terminé lui aussi par LUNA SEA, rendant un dernier hommage à hide en jouant 「ROCKET DIVE」, et s’offrant à nouveau une session avec les musiciens présents ce jour-là sur 「BELIEVE」.
Le festival prend fin sur quelques mots de Ryuichi, nous donnant rendez-vous de façon implicite l’année prochaine, en espérant que cela se réalise !

 

 

 

 



Ces deux journées auront été fortes en émotion. La fraternité, mais aussi tout simplement l’amour, entre les musiciens de la génération de LUNA SEA et de celle de leurs aînés était palpable à chaque instant. De même que l’on pouvait percevoir le regard bienveillant que portaient ces musiciens qui n’ont plus rien à prouver, aux nouvelles générations.
L’amour sincère et éternel porté à hide aussi, qui nous rappelle si on l’avait oublié qu’il demeure à jamais la figure la plus emblématique de la scène visual kei, lui qui aura joué un rôle si important au début de la carrière d’innombrables groupes tels que LUNA SEA justement, qui n’aurait probablement pas connu la carrière qu’il a eu s'il n’avait pas été là.
Et aussi et surtout, la présence et le soutien indéfectible du public.
Bien qu’environ la moitié des personnes présentes la seconde journée fût là aussi la veille, cela fait pas moins de 45000 personnes différentes qui avaient fait le déplacement, toutes réunies par la même passion pour le visual kei. Une présence d’autant plus forte qu’il y avait des gens de toutes les générations. Ainsi il n’était pas rare de voir des enfants vêtus d’un T-shirt X JAPAN s’amuser autant que leur mère qui sans nul doute était déjà là 20 ans plus tôt.
De quoi nous confirmer que le visual kei n’est pas encore mort et qu’il a encore de belles années devant lui, les futures générations de fans sont déjà là, bercées dès l'enfance par la musique des plus grands.

Mais puisque l’on parle de cette scène, à l’issue de ce festival plusieurs questions restent en suspens.
Deux jours de festival, pas moins de 22 groupes différents, certains parmi les plus grands du genre et pourtant, le mot 「visual kei」 n’aura pas été prononcé une seule fois. Toujours il y aura été fait allusion de façons détournées. 「La scène」, 「cette scène」, 「ce genre de rock」, les expressions son allées bon train mais nous laissent dans l’interrogation. S’agissait-il vraiment, lorsque le mot 「scène」 était employé, de la scène visual kei ?
Pas un jeune groupe de visual kei n'a été invité et puisque visiblement les groupes présents l’étaient principalement pour leur 「attitude」, faut-il en déduire que celle des jeunes groupes s’est éloignée de celle de leurs aînés ?
Ou pour aller plus loin encore, la relève des grands groupes de l’âge d’or du visual kei ne seraient-elle finalement pas à chercher dans la scène visual kei actuelle, qui par ailleurs est appelée 「neo visual kei」 depuis plusieurs années par les professionnels du genre afin de marquer la distinction entre les générations, mais dans des groupes comme 9mm Parabellum Bullet ou Ling Toshite Sigure pour ne citer qu’eux.
Si seconde édition il y a, et on le souhaite vivement, peut-être sera-t-elle porteuse de réponses.

Pour finir, ce festival aura marqué une nouvelle pierre dans l’histoire du visual kei, créant un pont entre les générations et les genres, aussi bien sur scène que dans le public et nous rappelant que nombreux sont les groupes de légende qui méritent aujourd’hui encore toute notre attention tout comme la nouvelle génération mérite notre soutien.

 

 

 

 

 

 

Remerciements à LUNA SEA, à tous les groupes présents, ainsi qu'à leurs managements respectifs
Toutes les photos sont ©
LUNATIC FEST., LUNA SEA.

Artistes concernés : D'ERLANGER, DEAD END, LUNA SEA, MUCC, X JAPAN
| | Plus
Concerts en France
Pas de concert prévu pour le moment...
Recherchez sur VisualVice
Retrouvez-nous sur...
MySpace   Twitter
Facebook   YouTube
Mixi   Last.fm