DADAROMA - Stanczyk

Date : Jeudi 14 Juillet 2016 à 20h27
Auteur : Satsuki974
DADAROMA - スタンチク (Stanczyk)
 
Tracklist :

01. オープニング (Opening)
02. 「リズリーサーカス」 (Liz Lee Circus)
03. 「最終電車」 (Saishuudensha)
04. トレンドアイデンティティ (Trend Identity)
05. 融け込めないざらざらな芸術を君が殺してくれないか (Tokekomenai Zarazara no Geijutsu wo Kimi ga Koroshite Kurenai ka)
06. 「雨のワルツ」 (Ame no Waltz)
07. ベルカとストレルカ (Belka to Strelka)(Re recording Ver.)
08. モルヒネ♯1 (Morphine#1)
09. モルヒネ♯2 (Morphine#2)
10. SEX!!
11. 「溺れる魚」 (Oboreru Sakana)
12. MONEY
13. 月のうた (Tsuki no Uta)
14. imitation hero.
15. 「ルシッド・ドリーム」 (Lucid Dream)
16. KURT (piano ver.)

 

Ayant fait une entrée fracassante sur la scène Visual Kei en 2015 avec leur excellent titre 「溺れる魚」 (Oboreru Sakana), DADAROMA a immédiatement récolté beaucoup d’attention chez les aficionados de Visual Kei et ce, partout dans le monde.
 
Un an plus tard, le quintet décide de sortir un premier album aux allures de « best-of » nommé 「スタンチク」(Stanczyk). Sa sortie semble plutôt symbolique, le groupe voulant sans doute faire un point sur cette année écoulée et repartir sur de bonnes bases.
 
Une chose est sûre, durant ces douze derniers mois, DADAROMA a su montrer son potentiel et la diversité de ses compositions, au détriment peut-être des fans de la première heure qui ont été subjugués par 「溺れる魚」 (Oboreru Sakana). Bien sûr, la formation nous a proposé des compositions s’y apparentant. Nous pouvons aisément citer leurs chansons titres 「雨のワルツ」 (Ame no Waltz) ou 「ルシッド・ドリーム」 (Lucid Dream), rapidement devenues des pièces maîtresses dans leur répertoire. La recette de ces compositions semble simple et déjà-vu de prime abord, mais elles étonnent davantage par leur maîtrise, leur justesse, leur ambiance et le calibrage des influences présentes. 
 
Suivant la même ambiance mais un cran au dessus en termes de nervosité et de violence, 「ベルカとストレルカ」 (Belka to Strelka) ou 「融け込めないざらざらな芸術を君が殺してくれないか」 (Tokekomenai Zarazara no Geijutsu wo Kimi ga Koroshite Kurenai ka) tirent leurs influences chez des groupes occidentaux comme KoRn. Il s’agit peut-être là des influences du batteur qui a officié, par le passé, dans un groupe aux influences fortes de la scène metal occidentale.
 
Mais là où DADAROMA a surpris bon nombre de fans, c’est avec leurs compositions comme 「最終電車」 (Saishuudensha), 「モルヒネ♯1」 (Morphine#1), 「モルヒネ♯2」 (Morphine#2), 「SEX!! 」, 「MONEY 」ou encore la chanson promotionnelle de la galette 「リズリーサーカス」 (Liz Lee Circus). A travers elles, le groupe nous a montré tout un pan de sa personnalité insoupçonné lors de sa formation en 2015. DADAROMA surfe également sur des compositions « jazz-core ». Entendez par-là, une ambiance "Halloween", de "freak-show", de cirque, de cabaret, aux trompettes, saxophones et cymbales très « dandy » s’ajoutant au squelette metal de leurs compositions classiques. Jouant sur la carte de la provocation (sexe, drogues, prostituées, folie), les membres semblent s’y plaire. 
 
Enfin, après leur metal-core et leur jazz-core, DADAROMA possède également une personnalité plus douce et plus soft. Sur des pistes comme「月のうた」 (Tsuki no Uta), 「imitation hero. 」 ou 「KURT」 qui étonne par sa simplicité, la part belle est davantage donnée à よしあつ / Yoshiatsu, qui, avec son chant clair, donne une ambiance chaleureuse et intimiste aux compositions. Une ambiance qu’on avait pu déjà remarquer avec son précédent groupe Crazy★shampoo.
 
De plus, les quatre compères assurent chacun de leurs côtés et, comme évoqué au début de cette chronique, ils étonnent de part leur maîtrise et la variété de leur jeu. Une expérience acquise au fil des années à travers leurs anciennes formations aux styles bien différents. Malgré ces dernières, une osmose semble déjà avoir été trouvée. 
 
Malgré tout, DADAROMA semble surfer sur des styles bien différents et ce, peut-être trop souvent. Le calibrage entre leur metal-core, leur jazz-core et leur soft-rock ne semble pas toujours évident. Est-ce une tentative de conquérir des fans aux goûts différents ou est-ce le signe que le groupe se cherche encore une identité ? Ou plus encore, DADAROMA ne s’inspirerait-il pas tout simplement du mouvement dada ? Comme Hugo Ball en 1915, dans son « Manifeste littéraire » considéré aujourd’hui comme la source du mouvement, la musique de la formation ne serait-elle pas une sorte de « bouffonnerie issue du néant » ? En tout cas, nommer son premier album best-of « Stańczyk » ne paraît pas anodin puisqu’il s’agissait, en fait, d’un célèbre bouffon polonais ayant vécu entre le XVème et le XVIème siècle. La légitimité de leurs différentes facettes musicales serait donc acquise sous cet angle.

 
Les + :
 
  • Des killer-tunes comme 「溺れる魚」 (Oboreru Sakana), 「雨のワルツ」 (Ame no Waltz) ou 「ルシッド・ドリーム」 (Lucid Dream)
  • Un univers soigné, des compositions propres et maîtrisées portées par des musiciens de bonne facture
 
Les – :
  • Des compositions peut-être un peu trop variées rendant l’album inégal sur certains aspects
  • Un best-of après seulement un an d’activité ?
Artistes concernés : DADAROMA
| | Plus
Concerts en France
Pas de concert prévu pour le moment...
Recherchez sur VisualVice
Retrouvez-nous sur...
MySpace   Twitter
Facebook   YouTube
Mixi   Last.fm