GLARD

Date : Dimanche 01 Mars 2015 à 07h06
Auteur : Low

 

 

 

 

 

GLARD se forme en juin 2013 sous l’impulsion de Takeshi, ex guitariste/ chanteur de VAGERKE, groupe de death metal mélodique signé sous ROAD AWAKE (sous label metal du label de visual rock, (feu) UNDER CODE PRODUCTION). GLARD est quant à lui un groupe de j-rock ou encore de visual "casual" composé de cinq membres. Après de nombreux concerts au Japon, ainsi qu’à Taïwan, le groupe sort un mini album de sept titres, intitulé 「From The 3 Words」, le 13 décembre 2014 à l’occasion de leur premier oneman live à Osaka. GLARD, propose une musique pop/ rock/ metal sympathique et entraînante ponctuée de quelques solos de guitare. En concert, la forte présence scénique de Takeshi (au look unique dans le milieu très uniforme du visual kei) et l’énergie des autres membres dont Naoya, le chanteur, diffusent une énergie communicative Nous avons rencontré le groupe à l’occasion de la sortie de leur premier mini album.



1 - Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Naoya : Je suis Naoya le chanteur de GLARD.

Takeshi : Takeshi à la guitare.

Hayato : Hayato à la guitare.

Kyo : Je suis Kyo le bassiste rouge (sa basse et ses cheveux) de GLARD.

Ryota : Ryota, le batteur du groupe.


2 - Pourriez-vous nous raconter comment s’est formé le groupe ?

Takeshi : C’est moi qui ai trouvé les membres du groupe par divers moyens. Tout d’abord, je connaissais Ryota de vue depuis longtemps et comme je le trouvais très bon batteur j’ai automatiquement pensé à lui pour le groupe. Il se trouve que Ryota pensait la même chose de moi, donc par l’intermédiaire d’amis communs nous nous sommes rencontrés et avons commencé le groupe ensemble. Comme j’avais déjà un autre guitariste et un bassiste, il ne nous restait plus qu’à trouver un chanteur pour commencer nos activités dans la foulée. Cependant ces deux membres ont décidé de quitter le groupe à cause de divergences musicales. Avec Ryota nous nous sommes donc mis à chercher de nouveaux membres.
A ce moment je suis rentré en contact avec Naoya (qui cherchait lui aussi des membres de groupe) par internet, il m’a envoyé via son téléphone portable des bouts de chansons enregistrées qui m’ont beaucoup plus. Après un essai en studio, nous avons décidé de son adhésion au groupe.
Puis nous avons choisi Hayato, un guitariste ami de Ryota. Pour Kyo, ce fut un peu le hasard, nous avons demandé au staff du studio où nous répétions s’il ne connaitrait pas un bon bassiste et c’est ainsi que Kyo est entré dans le groupe.

Naoya : En ce qui me concerne, je jouais dans un groupe qui s’est très rapidement séparé et je pensais presque arrêter la musique. Mais j’ai continué à espérer et via internet j’ai pu rencontrer Takeshi, Ryota, Hayato et Kyo et nous sommes devenus GLARD.


3 - Le nom GLARD est l’association de trois mots : Grand, Glare et Glad , s’agit-il des mêmes trois mots du titre de votre mini album "From the 3 words", est-ce un concept album ?

Naoya : Grand (la grandeur), Glare (la brillance), Glad (la joie) = Une Grande joie étincelante. Ce sont les trois mots de 「From the 3 words」.  Je pense que la combinaison de ces mots  correspond bien à la couleur musicale de notre premier mini album. J’espère qu’avec ce cd, cette joie qui brille de mille feux touchera les gens qui nous écoutent et viennent à nos concerts.

Takeshi : C’est complètement un album conceptuel. La première piste 「Lastin glare」, la 3ème 「Grandive」 et la septième chanson (disponible uniquement en version cd) 「glad you are here」, contiennent les trois mots Grand, Glare, Glad dans leurs titres.
Cette joie qui peut briller sublimement représente un nouveau point de départ après la triste séparation d’un groupe dans lequel j’ai évolué pendant 10 ans. J’ai maintenant la sensation que nous allons pouvoir briller par le biais de notre musique.


4 - Parlez-nous des différentes chansons de cet album.

Naoya : Personnellement, lorsque j’écris des paroles sur une mélodie, je pense avant tout à l’image d’un  visage souriant. Certaines chansons ont cela pour arrière plan. 
On éprouve de la joie lorsqu’on a pu surmonter quelque chose de pénible.
Avec cet album, j’ai voulu exprimé ceci : "Il y a toujours une lumière au bout du tunnel".

Takeshi : La création du morceau Days a pour origine la mort d’un ami, à l’époque où je cherchais encore des membres pour GLARD. Cet  ami avait une leucémie, mais il attendait mon retour sur la scène musicale et il me disait que de lire mon blog lui donnait de la force pour lutter contre la maladie. Cette triste fin m’a beaucoup affecté.
A ce moment, lors d’une séance de composition, un riff m’est venu.
Lorsque je me sens nostalgique et triste, les riffs me viennent plus facilement.
Au moment où il ne me restait plus que les solos de guitare à enregistrer, deux semaines après le décès de mon ami, un autre ami est brusquement mort lui aussi d’un problème cérébral.
Cet ami n’était jamais venu à un de mes concerts mais attendait mon retour sur scène avec impatience. Lui aussi est mort en se réjouissant de la formation de mon nouveau groupe.
C’est pour cela que Days est pour moi une chanson des plus importantes, qui contient de nombreux souvenirs et sentiments.


5 - D’où tirez-vous votre inspiration pour la composition et l’écriture de paroles ?

Naoya : Quand je me promène en ville et que je vois les visages souriants d’enfants et leurs parents, d’amis, de frères et sœurs, cela est communicatif pour moi et ça me rend heureux. Donc,  en premier lieu ce qui me vient à l’esprit est de ne pas oublier ces sourires. C’est de là que vient principalement mon inspiration pour les paroles de nos chansons.

Takeshi : Pour moi la composition, c’est l’expression de mes sentiments.


6 - Quelles sont vos références musicales, les artistes que vous respectez ?

Naoya : J’aime Yasu le chanteur de Janne Da Arc et Acid Black Cherry.

Takeshi : Comme je n’aime pas la concurrence, je ne mets aucun artiste particulier sur un piédestal.

Hayato : Depuis le collège, je suis passionné par Metallica et L’Arc~en~ciel.

Kyo : Il y a en beaucoup, mais je pense que le respect ça se limite aux personnes qu’on a eu l’occasion de rencontrer.

Ryota : Ma raison de commencer la batterie a été X-Japan. Après, j’apprécie beaucoup de personnes actives dans les milieux indies ou major.


7 - Quels sont vos centres d’intérêt, vos passes temps ?


Naoya : Le chant, les beaux paysages, les feuilles d’arbre en automne, le ciel étoilé, le ciel bleu. J’aime bien visiter des temples aussi. Me balader en voiture, prendre un bain, les onsen... On dirait une personne âgée (rires). Comme sport, j’aime le tennis.

Takeshi : J’aime fabriquer des objets. Je customise à peu près tout à ma façon.

Hayato : Rien de spécial, on va dire manger des choses sucrées.

Kyo : Le piano, le chant, l’artisanat, les sports de combat, l’alcool, voyager, les anime, la lecture, la psychologie, la philosophie, trouver de nouvelles occupations, apprendre des choses que je ne connais pas.

Ryota : Voyager à l’étranger, boire et manger de manière excessive.


8 - Parlez-nous de vos futures activités.

Naoya : Je pense que nous allons rencontrer de nombreuses difficultés, mais nous allons les surmonter et continuer à avancer pas à pas. Je voudrais voir de mes propres yeux le visage illuminé par la joie des personnes qui auront écouté notre musique.

Takeshi : Même si nous venons juste de commencer nos activités au Japon et que nous ne n’y sommes pas encore fait un nom. Nous allons poursuivre nos activités en tant que groupe en incluant l’international à nos objectifs.
Je pense qu’on va sûrement nous dire "Mais vous n’êtes pas encore connus au Japon", cette posture protectrice ne me plaît pas.
Pour moi ce serait plutôt "même si au Japon nous ne sommes pas encore très populaires, on part à la conquête de l’étranger ! ".


9 - En dehors du Japon, vous avez déjà joué à Taïwan, parlez-nous donc de cette expérience. Dans quel autre endroit aimeriez-vous jouer à l’étranger ?

Naoya : Personnellement je n’avais jamais pris l’avion, c’était très nouveau pour moi. A Taïwan des spectateurs ont écouté notre musique de manière très simple et  nous ont manifesté leur joie.
J’ai réalisé qu’il n’y avait pas de frontière, ni de règle en ce qui concerne la musique.
J’aimerais aller dans divers endroits jouer notre musique, au Japon comme ailleurs.

Takeshi : Nous avons reçu un accueil très chaleureux à Taïwan en dépit du fait que nous soyons encore peu connus au Japon. J’étais très content de me rendre compte que les gens avaient écouté notre musique avant tout.

Hayato : C’était une expérience intéressante du fait que l’organisation (répétitions, etc) est différente du Japon. J’aimerais jouer en France et aux Etats Unis.

Kyo : Pour nous qui manquons encore d’expérience, ce fut une aventure incroyable. Faire un concert dans un pays où l’on parle une langue différente m’a vraiment stimulé. J’aimerais pouvoir jouer en Amérique du nord, en Angleterre et en France. 

Ryota : Il me semble que les étrangers ont plus d’intérêt pour la performance et la musique que les japonais eux-mêmes. J’ai surtout ressenti cela lors de notre deuxième concert à Taïwan, un festival en extérieur où de nombreuses personnes sont venues nous voir.


10 - Quelle image avez-vous de la France ?

Naoya : Si on me dit France, je pense tout de suite au pain français ! Comme je ne suis jamais allé en France, je n’en ai pas de vision claire, mais il me semble qu’il y a de nombreux beaux paysages et de belles villes. J’aimerais beaucoup m’y rendre.

Takeshi : Le pain français et une image « classe ».

Hayato : Une impression que les gens, les villes, la cuisine, tout est magnifique.

Kyo : Il parait que les anime japonais y sont populaires, un vague souvenir (rires)

Ryota : Un pays d’art et de cuisine, j’ai rencontré un ami qui vit en France lors d’un voyage. Je pense ainsi m’y rendre l’année prochaine pour le plaisir.


11 - Pour terminer, un message à nos lecteurs.

Naoya : Merci d’avoir lu cet entretien, GLARD va continuer à se frayer un chemin. J’aimerais bien un jour pouvoir voir votre sourire (à l’occasion d’un concert), apportez-nous votre soutien s’il vous plait.

Takeshi : Merci d’avoir lu notre interview. Nous répondons à l’appellation de Visual Kei, mais nous allons créer quelque chose qui n’existe pas encore dans ce genre, essayer de ne pas devenir un stéréotype, s’établir et continuer nos activités avec une attitude conquérante. Merci d’avance pour votre soutien. Faites-nous venir en France !

Hayato : Je suis ravi que des gens puissent nous découvrir au travers de cet entretien. Merci de l’avoir lu.

Kyo : Je pense que dans le monde il y a beaucoup de personnes et d’endroits intéressants. Pour nous les japonais, lorsqu’on voit la France du Japon, c’est intriguant. C’est pour cela que je suis content que des lecteurs découvrent un aspect sympa du Japon grâce à notre musique.

Ryota : Je souhaite que cet entretien soit l’occasion de créer des liens franco-japonais par la musique, merci beaucoup.

 

 

 

 

 

 

Nous tenons à remercier les membres de GLARD pour leur gentillesse et le temps qu'ils nous ont accordé.



Toutes les photos sont © Copyright GLARD.

 

Artistes concernés : GLARD
Traduction : Low & Ichi
| | Plus
Concerts en France
Pas de concert prévu pour le moment...
Recherchez sur VisualVice
Retrouvez-nous sur...
MySpace   Twitter
Facebook   YouTube
Mixi   Last.fm